Bien gérer les sinistres sur

votre système d'information

 

Article rédigé par Eric BLANCHARD le 9 juin 2017 

Toute entreprise produit des données au quotidien et se doit d'avoir mis en place une méthode de sauvegarde efficace qui couvre tous les risques de pertes d’information. Mais cela n'est pas suffisant. Il convient de savoir comment reprendre une activité normale après un sinistre, quel qu’il soit.

Bien sauvegarder ses données, un impératif !

Les risques de perte d’information peuvent être classés en deux catégories : la disparition fortuite (crash disque, dégât des eaux, vol et incendie) et la corruption de fichiers (par un virus ou une erreur humaine).

La première catégorie impose de disposer d’une copie dans un lieu épargné par le sinistre, le plus souvent géographiquement éloigné du site de production.

La seconde exige la conservation d’un lot de sauvegardes espacées dans le temps, sur le site de production, afin de pouvoir remonter à une date où les données étaient encore saines.

Pour corser le problème, les cyber-attaques sont capables de contaminer une machine et de crypter ses données mais également les sauvegardes si elles sont accessibles sur le réseau via des disques durs, NAS ou dossiers partagés, accessibles sans contrôle d’accès.

Une sauvegarde professionnelle exige donc de :

  • protéger son système d’information contre les virus et cyber-attaques avec des outils de sécurité efficaces

  • externaliser les données hors du site de production

  • constituer un historique des données sur le site de production

Restaurer avec un minimum de perte, en un minimum de temps !

En général, toute restauration de données provoque une perte d’information irrémédiable. En effet, entre le moment de la dernière sauvegarde et celui du sinistre, il s’écoule un temps TDNS (Temps Données Non Sauvegardées) pendant lequel des données sont produites sans avoir été sauvegardées. Elles seront donc perdues au moment de la restauration. Il convient de réduire TDNS à une valeur acceptable pour ne pas pénaliser l’activité.

La restauration des données prend du temps puisqu’il faut les rapatrier sur le site de production si elles sont externalisées ou simplement les copier sur le système d’information à partir d’un stockage local.

Le sinistre peut également retarder la reprise d’une activité normale en raison de dégâts sur les équipements informatiques qui imposent le remplacement d’éléments physiques ou la réinstallation complète des systèmes et des logiciels.

Le Temps de Reprise d’Activité (TRA) est un autre critère important à considérer pour garantir le retour à une situation normale.

Une restauration de données efficace exige de :

  • réduire le temps de données non sauvegardées (TDNS) avant sinistre, à une valeur minimale acceptable pour l’entreprise

  • réduire le temps de reprise d’activité (TRA) après sinistre, grâce à une organisation préalable qui garantira un retour à la normale le plus rapide possible

SUMER, sauvegarde et plans de reprise d'activité

SUMER, solution développée par Erigéo à partir de technologies reconnues mondialement, répond à ces deux problématiques (sauvegarde et reprise d'activité).

 

Elle comprend :

  • la sauvegarde des données avec la couverture de tous les risques de pertes d’information

  • la restauration expresse des micro-ordinateurs (postes de travail, serveurs) à partir d'images disques ou de clichés enregistrés au préalable

Découvrez SUMER !